Histoire du krama

Lorsque l’on évoque le Cambodge, les images qui viennent à l’esprit sont bien sûr les sourires de ses habitants, les Khmers. Ils contrastent avec le passé dramatique du pays, et avec la situation présente, puisque le Cambodge reste l’une des nations les plus pauvres d’Asie du Sud-Est. Mais une autre image s’impose aussi au visiteur : les kramas. Ces foulards sont présents partout, comme un symbole du pays, car ils font partie de l’histoire du Cambodge et de l’héritage transmis aux nouvelles générations.

Le krama : le foulard du Cambodge

khmere kramaÀ l’origine, le krama était un tissu que les Khmers tissaient eux-mêmes. Ils ramassaient le coton (samley) qu’ils filaient ensuite, avant de le laisser tremper pendant 2 ou 3 jours dans du riz. Puis, ils teintaient une partie des fils en rouge avant de commencer le tissage. Les riches, eux, préféraient utiliser la soie, car le tissu restait frais l’été, mais aussi pour marquer leur différence avec les paysans. Le krama témoignait ainsi du statut de son propriétaire.

Découvrez les différentes étapes de la fabrication d’un krama en cliquant ici

Un foulard à tout faire !

Le krama traditionnel, à petits carreaux blancs et rouges, ou blancs et bleus, se décline de nos jours dans une multitude de coloris comme vous pouvez le constater avec notre collection de foulards en coton Temples d’Angkor ou avec notre collection True Colors. Hommes, femmes et enfants le portent, dans tous les milieux, et son utilité dans la vie quotidienne lui donne toute sa valeur de symbole. Ses usages sont multiples : couvre-chef pour se protéger du soleil, tenue de bain, ceinture,… Robuste, il se transforme même en siège supplémentaire de bicyclette pour un bébé, une fois noué aux deux poignées du guidon ! Enfin, les enfants jouent au « Cha-ol Chong » avec un krama roulé en boule, une sorte d’équivalent cambodgien de notre ballon prisonnier.

Mais, bien sûr, les Khmers voient d’abord dans ce foulard une façon de transmettre un héritage, en affirmant leur appartenance à leur pays.

Plus qu’un foulard : le symbole de tout le peuple Khmer

D’anciens Khmers rouges, ou des familles ayant soutenu ce régime, vivent encore dans certains endroits du Cambodge. Ces derniers ne sont pas choqués par le port d’un krama rouge. En revanche, ceux qui se sont opposés à ce régime, ou ceux qui en ont souffert, peuvent l’être. Pourtant, même si l’on a tendance à retenir davantage les faits historiques récents, il est important de dépasser l’héritage de ces années dramatiques et se souvenir que le krama possède des origines beaucoup plus anciennes.

Le Krama est avant tout le symbole d’un peuple dont le courage et la dignité lui ont permis de surmonter les nombreuses épreuves qu’il a traversées. Ce rectangle de tissu a accompagné les Khmers tout au long de leur histoire, depuis des siècles. Fidèle compagnon, toujours utile (les cambodgiens réparent les pneus de leur vélo en les remplissant de kramas !), dévoué jusqu’au bout, ce simple foulard représente à lui seul beaucoup de valeurs auxquelles sont très attachées les Khmers. Aujourd’hui, le pays amorce la reconstruction de sa société. La jeune génération se voit donc remettre en héritage ce foulard et l’état d’esprit qu’il incarne.

À travers les nombreux motifs de kramas qui sont désormais disponibles, il faut voir le symbole du renouveau du Cambodge. Le pays évolue et ces foulards incarnent à présent la volonté d’un peuple de s’ouvrir au reste du monde, en conservant ses propres valeurs… et sans bien sûr perdre son sourire !

Pin It